Contrats Régionaux

Région Centre Val de Loire

La procédure d’appels à projets de recherche (APR IA ou APR -IR) est un dispositif central de la politique de soutien à la recherche de la Région Centre-Val de Loire.

SOLANAE-TETRAE

APR INITIATIVE RECHERCHE (APR-IR) 2023

Coordinateur : Xavier GALIEGUE
Partenaires académiques : Université d’Orléans; Chambre régionale d’Agriculture Centre-Val de Loire, Arvalis, Etablissements Chesneau
Montant total : 200 000 €
Montant LEO : 28 000 €
Durée : 36 mois

La transition agroécologique (TAE) repose sur différents leviers qu'il convient de combiner dans des systèmes innovants. En assurer la réussite demande de pouvoir accéder à de nouvelles compétences (choix des espèces de diversification, optimisation de la gestion de l'eau, …), à des référentiels et méthodes adaptés au contexte de production (sol, climat local, pratiques agricoles). En complément, il faut réaliser des évaluations économiques et des analyses de risques nécessaires à l'appropriation et la mise en œuvre chez les agriculteurs. L'objectif du projet SOLANAE est de produire des références technico-socio-économiques territorialisées sur la mise en œuvre de nouvelle pratiques agroécologiques : évaluation des services en lien avec les sols (notamment en situation irriguée), développement et calcul d'indicateurs pour faciliter la transition. Ces travaux permettront de constituer, au niveau de la R&D régionale, une communauté de compétences pour faciliter la mise en œuvre opérationnelle de la TAE, en fournissant des recommandations, des outils et des modules de formation. Les expérimentations en agroécologie sur les sites INRAE (Bourges, Nouzilly) ainsi que les essais menés chez des agriculteurs par les autres   partenaires du projet préfigurent ainsi le développement d'un AgroLiving Lab de la TAE en Région Centre-Val de Loire.

 

AMIGO

APR INTERET REGIONAL (APR-IR) 2023

Coordinateur : Xavier GALIEGUE
Partenaires académiques : BRGM/DGR/GSE
Montant total : 492 000 €
Montant LEO : 135 000 €
Durée : 24 mois

Méconnue en région Centre-Val de Loire car exploitée seulement à Châteauroux (36) et marquée par l'échec de Melleray (45) dans les années 80, la géothermie profonde présente un potentiel de développement régional très important qui pourrait contribuer à l'atteinte des objectifs fixés par le SRADDET et devenir une région 100% renouvelable à l'horizon 2050. Le projet AMIGO a pour objectif de développer les connaissances et de définir un argumentaire en faveur de la géothermie profonde en accompagnant les acteurs publics et privés de la région dans les choix possibles de recours aux énergies renouvelables et de récupération pour un usage de la chaleur dans les secteurs du résidentiel et tertiaire, de l'industrie et de l'agriculture (serres en particulier). L'argumentaire sera construit à partir d'analyses socio- économiques et environnementales de la géothermie profonde, en comparaison et complément d'autres EnR&R, en considérant les connaissances du sous-sol, en particulier celles acquises au cours du projet sur plusieurs sites de la région, et en prenant en considération les représentations et opinions des acteurs du territoire (collectivités, industriels, serristes, riverains) sur cette solution énergétique de façon à favoriser l'émergence de nouveaux projets d'exploitation géothermique. Des journées de sensibilisation à la géothermie profonde, la mise en relation d'acteurs publics et/ou privés et des visites de sites en fonctionnement permettront de promouvoir l'argumentaire produit, de disséminer les résultats du projet et de faire monter en compétence les acteurs du territoire dans le domaine de la géothermie profonde.

ACCEPTALGO

APR Initiative Académique (APR-IA) 2023

Coordinateur : Béatrice BOULU-RESHEF
Partenaires académiques : LIFO, Université d'Orléans
Montant total : 389 000 €
Montant LEO : 112 153 €
Durée : 01/10/2023 au 30/09/2025

L’objectif principal de ce projet de recherche consiste à établir des mesures de l’acceptabilité des
algorithmes transversales aux sciences informatiques et aux sciences économiques. La réalisation
de cet objectif permettra le développement d’énoncés mathématiques et des preuves simplifiées
en sciences informatiques qui seront parallèlement étudiés expérimentalement en sciences économiques. Ce projet repose donc sur la mise en place de nouvelles méthodologies permettant de mesurer les caractéristiques des algorithmes susceptibles d’être acceptées et d’évaluer les différents formats de représentations des algorithmes capables d’impacter leurs acceptabilités. Ces mesures et expérimentations porteront sur les caractéristiques générales d’algorithmes et ces caractéristiques seront présentées dans des contextes particuliers afin que les participants puissent comprendre leurs spécificités. Les comportements des individus étant par nature hétérogènes et influencés par leur environnement, mesurer l’acceptabilité d’un algorithme reviendrait à évaluer le degré de perception que les individus ont du gain attendu liés à son utilisation lorsqu’ils sont confrontés à des décisions complexes. Ce projet rend donc aussi possible
l’identification des déterminants individuels susceptibles d’influencer la propension à accepter les
algorithmes.

REVIVIFI

APR Initiative de Recherche (APR-IR) 2022

Coordinateur : Xavier GALIEGUE
Partenaires académiques : LBLGC - Université d'Orléans
Montant total :  €
Montant LEO : 7 000€
Durée : 21/10/2022 au 20/10/2025

Le projet REVIVIFI porté par le LBLGC (Laboratoire de Biologie des Ligneux et des Grandes Cultures, USC Université d’Orléans – INRAE) vise à (i) diminuer les quantités de cuivre employées pour lutter contre le mildiou en utilisant en remplacement les biohuiles produites lors de la pyrolyse de biomasses viniviticoles et (ii) limiter la mobilité du cuivre du sol et à favoriser le développement des micro-organismes associés. Il permettra également de diminuer l’apport d’intrants, de mieux gérer la disponibilité en eau pour la vigne tout en renforçant ses défenses naturelles. L'utilisation de la bouillie bordelaise et de produits phytosanitaires organiques en viticulture pour lutter contre les maladies de la vigne a conduit à l'accumulation de grandes quantités de polluants dans les sols viticoles. Bien que les quantités appliquées aient diminué, les concentrations en cuivre et en résidus phytosanitaires retrouvées dans ces sols restent élevées. Il est donc nécessaire de proposer des alternatives à l'utilisation du cuivre et des produits phytosanitaires qui représentent un danger pour le vignoble, pour les organismes vivants du sol et pour nos ressources en eau. Le projet REVIVIFI vise à valoriser et utiliser les coproduits biosourcés de la viticulture (sarments, marc et pépins de raisin), transformés par pyrolyse en (i) amendements carbonés qui serviront à stabiliser le cuivre présent dans les sols viticoles et (ii) bio-huiles coproduites de la pyrolyse qui seront testées pour leurs activités antifongiques contre le mildiou. Cela permettra de diminuer l'utilisation du cuivre en viticulture et contribuera à la mise en place de pratiques agricoles durables basées sur une économie circulaire. .

CriseReactGlobal

APR Initiative Académique (APR-IA) 2021

Coordinateur : Camélia TURCU
Partenaires académiques : CRJ Pothier - Université d'Orléans
Montant total : 122 849 €
Montant LEO : 73 749€
Durée : 19/11/2021 au 19/11/2023

Le projet CriseReactGlobal est un projet de recherche interdisciplinaire (économie, droit) et international (Allemagne, Belgique, Canada) visant à analyser, à travers un angle juridique et économique, des défis clés posés, dans le contexte de la globalisation, par l'actuelle crise du Covid 19 et les crises de la dernière décennie.

Il s'inscrit dans les pôles thématiques « Modélisation, Systèmes, Langages » et « Humanités, Cultures et Sociétés » de l'Université d'Orléans. Il a pour ambition de fédérer les compétences d'économistes et de juristes autour d'une problématique de grande actualité liée : à la propagation de la crise sanitaire actuelle, et d'autres crises récentes, à travers les échanges internationaux (e.g. mobilités des personnes, des capitaux, commerce des biens et services, chaines globales d'approvisionnement) et le comportement lié des agents économiques, aux politiques macroéconomiques mises en place face à ces aux profondes mutations institutionnelles, juridiques, environnementales, technologiques et productives que ces crises génèrent dans un monde de plus en plus intégré.

BIOFERTIL

APR d’Intérêt Régional (APR-IR) 2019

Coordinateur : Sylvain BOURGERIE (LBLGC).
Responsable scientifique LEO : XAVIER GALIEGUE
Montant total : 205 000 €
Montant LEO : 35 000 €
Durée : 05/07/2019 au 05/11/2023

L’agriculture en Région Centre-Val de Loire est leader au niveau français ; elle possède la plus grande surface agricole utile nationale avec près de 2 311 400 ha ce qui correspond à 60% de son territoire et à environ 25 000 exploitations.

La Région Centre-Val de Loire est la première région céréalière de France et d’Europe, et l’économie régionale est fortement liée au secteur agricole. Toutefois cette économie est fortement tributaire des conditions environnementales et notamment climatiques mais également de la concurrence internationale. Cela implique donc d’optimiser les pratiques agricoles notamment pour réduire l’impact écologique et financier de l’utilisation de l’eau et des fertilisants.

Pour cela, il est proposé d’étudier l’effet des biochars, amendements organiques issus de la pyrolyse, principalement de biomasses végétales et dont l’incorporation dans les sols améliore leurs qualités biologiques et physico-chimiques. Cette association sol – biochar permettrait donc une amélioration des rendements ou tout au moins une réduction de l’utilisation de fertilisants qui ont des effets négatifs sur l’environnement et la santé quand ils se retrouvent dans les eaux gravitationnelles ou superficielles. Le biochar peut ainsi améliorer la vie biologique des sols tout en retenant les éventuels fertilisants qu’il rendrait progressivement disponible aux cultures. Enfin la mise en place d’une filière économique liée à la production de biochar en Région Centre – Val de Loire permettrait de valoriser la production de bois locale et contribuerait indirectement à diminuer la libération de CO2 à effet de serre par immobilisation dans les sols.

REDFLAG

APR Initiative Académique (APR-IA) 2019

 

Coordinateurs : Denisa BANULESCU-RADU (LEO) et Sandie LACROIX DE SOUSA (CRJP)
Montant total : 110 000 €
Montant LEO : 70 000 €
Durée : 13/09/2019 au 13/01/2023 prolongé jusqu'au 31/12/2023

Le projet APR-IA RedFlag (détection de la fraude et lutte contre le blanchiment d’argent) est un projet de recherche interdisciplinaire et international visant à développer de nouvelles techniques de prévention et de détection de la fraude et du blanchiment d’argent.

Reposant sur une approche multidisciplinaire tout à fait originale, Redflag ambitionne d’identifier les spécificités méthodologiques inhérentes au domaine de la détection de la fraude et du blanchiment d'argent et de créer des outils techniques performants fondés sur la modélisation économétrique et l’apprentissage automatique.

La détection de fraude automatique est un domaine très particulier de la modélisation statistique. Contrairement à la détection d’anomalies dans le domaine industriel par exemple, elle vise à détecter des transactions frauduleuses issues de comportements rationnels d’agents. Dès lors, la détection des cas de fraude et de blanchiment d’argent requiert non seulement des compétences en data science et en économétrie (connaissance des modèles statistiques et de leurs propriétés), mais aussi des compétences économiques et juridiques (définitions juridiques, typologies, dispositifs pour détecter et prévenir les cas de fraude, sanctions en cas de fraude ou de blanchiment) permettant de comprendre les motivations et les comportements stratégiques des fraudeurs.

Le projet RedFlag réunit ainsi des économètres et statisticiens du Laboratoire d’Économie d’Orléans (LEO) et des juristes de droit privé, de droit public et de droit international du Centre de Recherche Juridique Pothier (CRJP 1212). Son objectif est de développer des modèles puissants de détection de la fraude en temps réel et des outils innovants, opérationnels et fiables de prévention et détection du blanchiment d’argent. Le partenariat avec des universités étrangères (Belgique, Pologne, Japon), ainsi que la collaboration avec des entreprises de la banque ou de l’assurance et les autorités de régulation ajoute encore au caractère novateur de ce projet. De la sorte, RedFlag permet de construire au sein de la Région Centre-Val de Loire un réseau de recherche structuré et spécialisé à rayonnement international.